Le Magazine Biblond vous a donné la parole !

developpement-durable-biblond
La protection de l’environnement et les salons de coiffure ne sont plus incompatibles. L’essor d’initiatives écologiques a fait son chemin auprès des acteurs du métier. Et aujourd’hui, s’afficher comme un salon responsable est devenu une cohérence globale forte pour les clients, les salariés et le chiffre d’affaires. Explications par trois coiffeuses averties.
 

VANESSA DOURLEN
À la tête du salon Lian Laïs à Conflans-Sainte-Honorine (76)

« Consommer mieux et moins, faire attention à ce qu'on utilise comme produits et ne pas polluer avec des substances toxiques et non biodégradables est, en fait, le credo du respect de l'environnement. Et dans ce domaine, le salon est fier d'y participer pleinement. Ma première démarche a été, il y a sept ans, l'adhésion du salon au label Développement durable, mon coiffeur s 'engage. Une action simple qui a été le facteur déclencheur d'un ensemble de petits gestes au quotidien : commandes groupées de façon à réduire le nombre de cartons, installation de mousseurs aux bacs pour diminuer la consommation d'eau, produits moins chimiques et donc moins allergènes ... Quant au tri sélectif, il est drastique et les cheveux coupés sont collectés par Coiffeurs Justes, l'association lancée par Thierry Gras. Plusieurs études démontrent l'utilité du cheveu en tant qu'absorbant et dépolluant des hydrocarbures en mer. Une vraie économie circulaire et locale. En fin de cycle, le cheveu peut même devenir un isolant. Notre engagement est suivi à 100 % par les clients, ravis de consommer différemment : un shampooing professionnel dure en moyenne quatre à six mois. Le salon ne connaît pas la crise, il reçoit tous les jours de nouveaux clients et cela grâce uniquement au bouche-à-oreille. »

CORINNE GAYTAN VENTURA
Dirigeante du salon Code Couleur Végétal à Barberaz (73)

« Le déclic a eu lieu il y a huit ans, à la suite de la maladie de mon père, coiffeur. J'ai donc cherché des marques capillaires très engagées sur le naturel et repensé toute la stratégie du salon. J'avoue que cela n'a pas été simple au départ puisqu'il a fallu renouveler une grosse partie de ma clientèle. Mais depuis cet investissement, nous avons conquis le cœur de femmes de tout âge, concernées par la planète et leur santé. Plus de 80 % de nouvelles clientes avec un pouvoir d'achat plus important. Tri des déchets, économies d'électricité avec l'installation de Led sont nécessaires à cette démarche écolo et solidaire. Faites-le savoir sur votre vitrine, dans votre ville pour une communication positive. »

CHRISTELLE BLAIS
À la tête du salon Capella Coiffure à Fontenay-Trésigny (77)  

« Le développement durable est porteur. Mais au-delà, c'est une prise de conscience nécessaire pour la préservation de l'environnement et de notre santé ainsi que celle des collaborateurs et des clientes. Sensibiliser, éduquer et impliquer dans une démarche de qualité, voilà ma mission. Depuis plus de quinze ans, je travaille avec des produits sans ammoniaque et à base d'actifs végétaux. Ma clientèle ne vient pas pour un prix, mais pour des prestations et des produits de qualité. Le sujet brûlant, c'est d'aider les consommateurs à choisir des produits plus sains et responsables. Nous avons aussi développé un tas d'actions anti gaspillage au sein du salon. N'hésitez pas à demander des devis pour l'équipement de Led, de mousseurs ou de purificateur d'air ... Car l'écologie, c'est avant tout une question de bon sens et d'investissement. Finalement, cette démarche est une vraie politique d'entreprise qui conduit le salon vers un chemin vertueux et dynamique. Et j’en suis fière ! »

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

  • Créé en 2009 par des professionnels de la coiffure, le label Développement durable, mon coiffeur s’engage met en lumière les différentes actions réalisées en faveur de la planète. Questionnés sur ce label, les Français sont unanimes, se disant majoritairement prêts à délaisser un salon de coiffure dit « classique » pour un établissement engagé : 60 % contre 50 % en 2015.
  • Un salon de coiffure moyen produit environ 36 tonnes de déchets par an. (source : label Développement durable, mon coiffeur s’engage)
  • Les cheveux coupés représentent 50 % des déchets jetés par un salon.
  • Le commerce équitable « Made in France » est en hausse de 34 %, selon une étude de l’Insee.
  • Qui est le plus gros producteur de déchets plastiques en Méditerranée ? La France avec sa production de 4,5 millions de tonnes (en 2016), soit 66,6 kg par personne, selon le rapport publié en juin dernier par le WWF. Si 98% du total ont été collectés, seuls 22% ont été recyclés. Les 2% de déchets plastiques restant génèrent « la fuite de 80 000 tonnes de plastique dans la nature », dont 11 200 tonnes pénètrent en Méditerranée.

 

Merci aux équipes de Biblond pour ce très bon article valorisant le Développement durable dans le milieu de la coiffure. 

Source : Alix Hapy. Mars 2020. Développer son CA : développement durable, un investissement rentable ?. Biblond #82
 

logo Mon Coiffeur S'engage

Restons connectés !

Tenez-vous informé de nouveautés du label, recevez des conseils santé et des invitations à des évènements !

image media

Espace

Mediasimage media fleche

Espace de téléchargement et visionnage des différents médias liés au Label « Mon coiffeur s’engage »

image media nuagesimage media nuagesimage media seche cheveux